Logo Gef'auto

Comptoir Automobile Agence de Pont-l'Évêque (PLPA)Le spécialiste de la pièce auto à Pont-l'Évêque

Suspicion de Covid-19 : un agent de la poste de Pont-l’Evêque arrêté, l’établissement désinfecté

Vendredi, un agent de la Poste de Pont-l'Evêque (Calvados) a été mis en arrêt maladie pour suspicion de Covid-19. Le CHSCT s'interroge sur les mesures prises par la direction.

Vendredi 27 mars 2020, un agent de la Poste de Pont-l’Evêque (Calvados) a été mis en arrêt maladie pour suspicion de Covid-19.

« Il toussait, avait de la fièvre et des maux de tête, détaille Christophe Musslé, secrétaire du CHSCT à Lisieux (Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail). Il a assuré ses tournées en début de semaine, mais n’a pas pu travailler ni jeudi, ni vendredi. »

Trois agents placés en quatorzaine

Alerté vendredi soir, le facteur Lexovien a immédiatement contacté la direction du site de Pont-l’Evêque :

J’ai envoyé un texto au directeur d’établissement, lui demandant qu’il envoie tous les agents qui étaient au travail depuis lundi chez eux quatorze jours, parce qu’ils ont été au contact du collègue malade.

Mais la direction n’est pas du même avis et décide de maintenir l’activité du bureau Pontépiscopien.

L’attachée de presse de la Poste en Normandie explique :

A chaque fois qu’il y a une suspicion de contamination, nous mettons en place différentes procédures pour protéger l’ensemble des postiers. Dans le cas de Pont-l’Evêque, nous avons décidé de placer trois agents en quatorzaine.

Une gestion jugée « catastrophique » par le secrétaire du CHSCT :

Ces temps ci, il faut être prudent. J’ai eu l’agent arrêté au téléphone, il a croisé de nombreux collègues dans la semaine, il a pris le café avec certains. Dans le meilleur des cas, personne n’a été contaminé, mais dans le pire, un ou deux l’ont été et peuvent transmettre le virus à leur tour…

Une décision médicale

Appliquant les mesures habituelles en cette période de crise sanitaire, le médecin du travail n’a pas jugé nécessaire de prendre plus de précautions.

« Depuis la semaine dernière, nous mettons tout en place pour limiter les interactions physiques entre les agents », assure-t-on à la Poste.

Les prises de service se font notamment en décalé, pour éviter d’avoir l’ensemble des effectifs présents sur un même site en même temps.

Au regard de ces précautions prises en amont, le médecin nous a simplement recommandé la mise en quatorzaine des agents qui auraient pu être en contact avec le postier malade.

« Elle n’a appelé personne »

 « Je ne sais pas comment le médecin a mené son enquête, s’inquiète de son côté Christophe Musslé. Selon mes informations, elle n’a appelé personne. Je connais les collègues de Pont-l’Evêque, je les ai eu au téléphone, personne n’a parlé au médecin du travail… Ils ont simplement mis en quatorzaine des personnes qui faisaient le même secteur que le collègue arrêté. »

Une décision qu’il juge insuffisante :

A la poste, nous préparons notre tournée, nous bougeons, nous côtoyons du monde, nous ne sommes pas statiques. Tous les gens qui travaillent à la Poste de Pont-l’Evêque ont potentiellement été en contact avec lui !

Mardi 31 mars, le site sera entièrement désinfecté, permettant sa réouverture au public dès mercredi.

Retour à la liste Partager sur Facebook